Le 3ème plan maladies rares est publié, enfin !!!

Le 3ème plan Maladies Rares a été publié le 4 juillet. C’est une bonne nouvelle car cela montre que la mobilisation pour les maladies rares reste active. Cependant, le plan ne change rien fondamentalement. On y trouve tout ce qu’il faudrait faire mais est-ce que cela sera fait ?
Par ailleurs, certains points sont bien trop prudents, par exemple, il  est question de « Réduire l’errance et l’impasse diagnostiques », le verbe « réduire » laisse encore trop de place à des approximations dramatiques et à des comportements désinvoltes de la part de médecins ophtalmologues bien peu au fait des Atrophies Optiques Dominantes. Nos adhérents peuvent témoigner de ces erreurs médicales pour une maladie déjà bien documentée en 1959 et dont le gène responsable est connu depuis 18 ans !! Alors, si on en est a seulement « réduire », il faudra sans doute attendre le siècle prochain pour que tous les ophtalmologues apprennent qu’un fond de l’œil qui montre une pâleur papillaire temporale bilatérale oriente le diagnostique vers une possible AOD et fassent ce qu’il faut en conséquence.
Financièrement, on note que la recherche se voit royalement dotée de 20 millions d’euros pour 5 ans. Ce qui est totalement ridicule quand on sait que pour développer un seul médicament il faut faut une enveloppe de plusieurs millions d’euros.
Bref, le Plan existe mais les malades et leurs familles doivent encore restés mobilisés.

Voir le Plan Maladies Rares 2018-2022
Voir le Communiqué de Presse du ministère de la santé 

Nanomonde (juillet 2018)

Image de la rétine avec en jaune les cônes et en orange les bâtonnets
http://www.serimedis.inserm.fr/en

« Chaque créature vivante doit être considérée comme un microcosme – un petit univers – constitué d’une multitude d’organismes qui se reproduisent, inimaginablement petits, et aussi nombreux que les étoiles dans le ciel. » Charles Darwin

Un essai de thérapie génique des AOD sur des souris

Emmanuelle Sarzi, INSERM U1051-UNiversité de Montpellier, a publié un article qui montre que l'injection du gène sain OPA1 dans l'humeur vitrée de l’œil de souris porteuses d'une AOD permet d'éviter la dégénérescence des cellules ganglionnaires. Cette dégénérescence est la cause de la perte de vision, l'empêcher ou la stabiliser c'est guérir les malades. Ce résultat obtenu sur un modèle animal n'est qu'une première approche très prometteuse qui demande des confirmations sur des malades .

article_adherents

Assemblée Générale le 21 avril 2018

L’Assemblée Générale de KJER France aura lieu le 21 avril 2018 au Pôle Biologie du CHU d’Angers (49000).
L’accueil aura lieu à partir de 9 heures.
La matinée commencera à 9h30 par les exposés des chercheurs, suivra un repas  qui réunira adhérents, chercheurs et cliniciens. L’après midi sera consacré à l’Assemblée Générale.
La journée se terminera à 17 heures.
Des informations plus précises seront données ultérieurement

Une signature métabolique des mutations d’OPA1

Cinzia Bocca, chercheuse de l'INSERM U1083 /CNRS 6015 (CHU d'Angers, France) a mis en évidence une signature métabolique des mutations d'OPA1 dans le plasma sanguin des malades atteints d'AOD. On sait maintenant que les modifications du gène OPA1 modifient certains composants du plasma de façon spécifique. Cette découverte est un moment essentiel pour la compréhension de la maladie et la mise au point de solutions thérapeutiques .

article_adherents

Les publications sur les AOD en 2017

Comme chaque année, depuis 2014, KJER France publie la liste des articles scientifiques concernant les AOD parus dans le monde durant l'année 2017. Cette année, nous avons relevé 34 articles dont 5 sont à mettre au crédit de chercheurs français. Certaines publications ont donné lieu à des commentaires KJER France, vous trouverez les liens pour accéder à ces articles.

article_adherents

Problèmes dans les Centres de Référence !

La responsable de la filière SENSgène, le Pr. Hélène Dollfus,  nous adresse pour information un courrier co-signé par les tous les coordinateurs de Filière de Santé Maladies Rares au sujet des difficultés de gestion des financements des centres de référence dans les Hôpitaux  à Madame Agnès Buzyn  Ministre de la Santé. 
KJER France vous invite à  prendre connaissance de cette lettre qui met en évidence, encore une fois, le manque de reconnaissance des maladies rares y compris dans le mode médical.

Vers un troisième plan maladies rares ?

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a promis que le 3e Plan national Maladies rares sera finalisé d’ici la fin de l’année 2018. Il sera aussi coordonné aux autres plans nationaux dont le plan France génomique 2025, le plan cancer et la stratégie nationale de santé sur laquelle une concertation a été initiée en septembre dernier.
A ce propos, KJER France revient sur le Plan France génomique 2025 et la médecine génomique qui est aujourd’hui, un domaine médical en pleine évolution et pleine de promesses.
Rappelons qu’en juin 2016, Marisol Touraine (Ministre de la Santé de l’époque avait fait la même promesse. (voir article KJER France de l’époque)

Lire : Qu’est-ce que le plan génome 2025 ?
Lire :  Qu’est-ce que la médecine génomique ?